Just One Look  
SUBSCRIBE

La peur de la vie et le simple geste de se regarder qui la fait disparaître


日本語 русский deutsch svenska english

John Sherman

Téléchargez le livre numérique. (Nouvelle édition relue et corrigée le 21 novembre 2014)

By downloading this ebook, you are agreeing to receive emails from us regarding our ebooks and other pertinent information. If you prefer to not receive these types of emails, click on the Change Subscriber Options link at the bottom of every email. This will not affect your subscription to our other newsletters.


L'origine de la peur de la vie

La peur de la vie apparaît mécaniquement dans l'être humain, fort probablement au moment où nous sommes éjectés de l'utérus lors de la naissance. C'est alors un éveil soudain et non-annoncé qui nous jette dans une tempête rageuse et violente, et que nous nommerons un jour expériences, sensations, sentiments, émotions et ainsi de suite. Jusqu'alors profondément assoupi dans la douceur du ventre de la mère, la conscience de notre existence est abruptement éveillée par une éruption de mouvements violents et irréguliers, par la douleur, la pression, le bruit, l'éblouissement et tout le drame qui accompagne la naissance. S'ensuivent inévitablement la peur et la contraction.

 

Les effets de la peur de la vie

Avec le temps, nous nous rendons compte que nous avons réussi à survivre à ce premier assaut d'expériences intenses, et le drame et la force de la peur de la vie s'estompent peu à peu de notre conscience. Pour certains d'entre nous, la plupart du temps, la peur de la vie prend la forme d'un murmure presque imperceptible d'anxiété, d'inquiétude, de mécontentement et de méfiance de notre propre vie, qui accompagne dans l'arrière-plan toutes nos expériences. C'est le sentiment persistant, l'intuition diffuse que le problème de l'être humain est la vie elle-même; qu'il manque quelque chose à la vie, quelque chose d'essentiel pour notre bien-être, ou bien qu'il y a quelque chose dans la vie qui ne va vraiment pas. C'est le sentiment que la vie ne sera jamais à la hauteur de nos attentes.

Ce murmure d'anxiété et de mécontentement devient, pour la plupart d'entre nous, une croyance fondamentale et non questionnée qui définit la structure de notre mental et forme ainsi notre façon de voir le monde et notre vie. Ce point de vue et cette croyance sont à la base de notre compréhension de l'état de notre vie et motivent toutes nos actions.

Nous apprenons automatiquement à résister, à croire que la vie est fondamentalement dangereuse, et cette croyance crée un besoin permanent d'être sur ses gardes, d'anticiper le danger et de s'en protéger.

Nous apprenons à nous protéger, à être sur la défensive et à nous fermer dans nos rapports avec les autres afin d'éviter de nous faire avoir ou bien de ne pas rater l'opportunité d'être sauvé par eux.

Nous apprenons à identifier les colorations ondoyantes et changeantes de la force de vie qui constitue l'arrière-plan de notre mental comme des états émotionnels et existentiels qui nous appartiennent. Nous en venons à croire que ces états et ces émotions sont la vraie nature de notre vie, qu'ils décrivent la totalité de ce que nous sommes, et nous perdons espoir.

 

Notre incapacité à gérer la peur de la vie

Tout au long de notre vie, nous avons utilisé en vain toutes sortes de stratégies de survie dans le but d'obtenir un sentiment de satisfaction envers notre vie, comme la compréhension, l'avidité, la destruction ou le déni. Beaucoup d'entre nous en sommes venus à croire que notre compréhension de la vie et nos réactions sont le problème, et nous avons cherché des méthodes et des approches visant à réduire notre mental au silence et à atteindre un état de calme intérieur. Certaines personnes ont conclu que c'est la pensée qui est le problème et qu'il faudrait cesser de penser. D'autres prônent la destruction de l'ego, mot latin qui désigne le « je », qui est simplement un nom qu'on se donne à soi-même.

Bref, il est tout à fait justifié que nous adoptions toutes ces techniques de survie — la droiture ou la vertu, la résistance, l'attachement, l'indifférence, l'agression meurtrière, et ainsi de suite — pour notre propre défense. Toutefois, nous faisons erreur en adoptant ces comportements, même s'ils se justifient au vu d'une vie qui nous semble si profondément périlleuse et menaçante et qui nous séduit avec des faux espoirs et des fausses promesses.

Pour la plupart d'entre nous, la réaction automatique au sentiment d'insatisfaction envers la vie est un sourd et indéfectible déni.

 

On ne peut guérir la maladie en traitant uniquement les symptômes

Nous tentons de changer notre vie en modifiant nos pensées ou en tentant de réformer notre mental. Les personnes qui se croient trop fermées ou méchantes tentent de devenir plus gentilles, aimantes, généreuses; les personnes qui se croient stupides tentent de devenir plus intelligentes; les personnes qui se croient aliénées aspirent à devenir saines d'esprit, les personnes confuses cherchent la clarté. Mais le mental — son caractère, ses forces, ses faiblesses, ses suppositions, son point de vue, sa volatilité, ses émotions, ses pensées, le fait qu'il est correct ou pas — le mental n'est pas le problème. Le mental n'est rien d'autre qu'un nuage d'effets qui ne sont en général que des symptômes de la peur de la vie. Tant que nous ne sommes pas conscients de cela, tout ce que nous faisons dans le but de combler le profond sentiment de mécontentement qui empoisonne notre existence n'est que coups d'épée dans l'eau, car cela se résume à tenter de changer les effets du mécontentement, c'est-à-dire, d'essayer de guérir la maladie en traitant ses symptômes.

Et bien sûr, tout ce que nous avons essayé n'a rien donné. Cela ne pouvait se passer autrement. Il n'y a rien de mal à chercher du réconfort pour atténuer les symptômes, mais traiter les symptômes ne suffit pas pour guérir la maladie.

Je crois qu'il est sensé de parler de la peur de la vie comme étant une maladie. C'est une affliction qui s'est imposée à nous au moment de notre naissance. Sa présence n'a rien à voir avec la nature de notre être, la clarté de notre conscience, notre droiture, notre volonté, notre compréhension et nos croyances, nos qualités et nos défauts. Nous ne l'avons pas choisie et rien n'aurait pu être fait pour la prévenir. Ses effets se répandent tout au long de notre vie : ils prennent racine dans le passé, empoisonnent notre présent et se projettent dans l'avenir.

Malgré tous les efforts déployés pour éradiquer la maladie en abordant les symptômes, malgré l'ardeur et l'engagement des saints, malgré la perspicacité et l'intelligence remarquable des enseignements des sages, malgré la montée du capitalisme qui a apporté l'accès à l'éducation et à la richesse, et malgré tout le temps dont nous disposons maintenant pour aborder ces questions par nous mêmes, nous n'avons même pas réussi à trouver des moyens efficaces pour soulager les symptômes de la maladie au-delà de l'impulsion à l'abnégation de soi qui s'exprime à travers une variété de moyens employés pour nous amener à l'engourdissement. En vérité, la plupart d'entre nous traversons la vie dans un état de sourde et profonde misère et d'aliénation névrotique de notre propre vie avec quelques moments de grande passion et de désespoir, et ce, jusqu'à notre décès.

Notre échec n'a rien de surprenant, car toute notre vie, nous avons agi en fonction d'une fausse croyance inconsciente : que le problème fondamental de notre vie est notre vie elle-même. Pas besoin d'être illuminé pour comprendre qu'il est inutile de chercher à être chez soi dans la vie lorsque l'on est submergé dans la rivière de pessimisme et de désespoir qui s'écoule de cette fausse croyance.

 

Est-il possible de guérir la peur de la vie?

Oui, cela est possible. Quelques rares personnes semblent avoir trouvé la paix et la liberté. Le Bouddha par exemple, ainsi que plusieurs autres sages de différentes traditions au cours de l'Histoire, ces personnes ont toutes réussi à se réconcilier avec leur nature humaine et à trouver satisfaction dans leur vie. Et, bien que ces personnes aient très bien réussi à décrire comment elles percevaient le monde, elles n'ont pas vraiment réussi à nous transmettre de réelles instructions quant à ce que nous devons faire pour en faire l'expérience directe.

C'est pourquoi je souhaite vous suggérer quelque chose que vous pouvez faire par vous-même et qui fonctionne à tous coups. Je sais que ce que je propose fonctionne parce que cela a fonctionné pour moi, pour ma femme Carla, ainsi que pour un nombre grandissant de personnes partout dans le monde qui en ont fait l'essai malgré leur scepticisme initial. Ma certitude quant à l'infaillibilité de ce que je propose découle de ma propre expérience, et non d'une compréhension théorique. J'ai ma petite idée sur la raison pour laquelle cela fonctionne, mais je sais qu'il n'est absolument pas nécessaire de connaître le comment et le pourquoi pour réussir. Alors voici le simple geste de se regarder pour faire disparaître la peur de la vie.

 

Si vous faites l'essai, avec tout votre cœur, de diriger votre attention vers un contact directe avec la réalité de votre propre nature, la peur de la vie, qui est la cause première de toute la misère de l'humanité, disparaîtra d'elle-même. J'appelle ce geste « se regarder ». Si vous essayez de vous regarder, la maladie de la peur de la vie disparaîtra d'elle-même, ainsi que la perception que votre vie est un problème à régler, une menace à éliminer ou l'endroit où se cache un trésor secret qui pourrait un jour vous apporter la réalisation et l'accomplissement. C'est aussi simple que cela.

 

Étape 1 : Apprenez à diriger votre attention à volonté

Pour commencer, détendez-vous quelques minutes et prenez conscience du fait que vous avez la capacité de diriger votre attention à volonté.

Pendant que vous lisez ces lignes, tournez votre attention sur votre respiration. Sentez le mouvement de votre respiration dans votre poitrine et votre ventre, puis ramenez votre attention à cette page. Répétez quelques fois jusqu’à ce que vous ayez une bonne idée de ce que je veux dire par diriger votre attention à volonté. Le geste de diriger votre attention à volonté, ce que vous venez de faire, est tout ce qui est requis pour réaliser ce que je vous propose. Plus vous pratiquerez ce geste, plus vous vous sentirez à l’aise avec la sensation que cela procure. Et plus vous serez à l’aise avec cette sensation, plus vous serez habile à diriger votre attention là où il faut.

 

Étape 2 : Tournez votre attention vers l’intérieur

Utilisez maintenant cette aptitude pour tourner votre attention vers l’intérieur et essayez d'établir un contact direct avec la réalité de votre propre nature, c’est-à-dire simplement avec vous. Vous savez ce que vous êtes et vous vous reconnaîtrez sûrement en vous voyant. C’est aussi simple que cela. Répétez ce geste aussi souvent que vous le voulez.

Il n’y a pas d’étape 3.

 

Écoutez un enregistrement avec ces instructions.

Lisez et écoutez des témoignages des personnes qui se sont regardées.

 

Quelques conseils pour savoir où regarder

Le geste de se regarder est très simple, mais peut sembler des plus compliqués. Voici une réflexion qui pourra vous aider : la sensation d’être vous-même est la seule chose qui est toujours là en permanence. Tout le reste est éphémère, impermanent : les pensées, les croyances, les points de vue, les émotions, les perceptions, le plaisir, la douleur, etc., viennent, partent, changent constamment. Donc, se regarder signifie regarder ce qui est toujours là et qui ne change pas. Tout ce qui est nouveau pour vous, aussi magnifique que cela puisse vous paraître, ne peut pas être vous. De même, tout ce qui est là et qui disparaît, même si cela revient, ne peut pas être vous.

Voici une autre réflexion : ce que vous êtes est l’espace dans lequel tout arrive et repart. Vous n’avez rien à offrir à vous-même et rien à vous enlever. Du point de vue de votre mental, ce que vous êtes est profondément inintéressant, car la seule fonction du mental est de rester vigilant et de monter la garde afin de saisir tout ce qui lui semble d’intérêt, de rejeter et de détruire tout ce qui peut poser un risque et d’ignorer ce qui n’a aucun intérêt dans la parade de phénomènes lumineux et mouvements perpétuels qui surgissent dans la conscience.

On peut dire que la peur de la vie est comme une maladie auto-immune. Cela s’explique par le fait que la seule fonction de votre mental, aussi aliénante soit-elle, est de vous protéger de votre propre vie, et cette mission lui demande d’examiner en permanence tous les phénomènes qui apparaissent dans votre conscience. Pour cette raison, le mental est naturellement orienté vers l’extérieur. Vous, par contre, êtes entièrement et parfaitement à l’intérieur (voir plus loin pour obtenir de plus amples détails).

Autres suggestions utiles :

  • Remémorez-vous un événement de votre petite enfance. Il n'est pas nécessaire que ce soit un événement important. Il peut s'agir simplement d'être dans une pièce avec des adultes, de sortir d'une salle de cinéma ou de regarder par une fenêtre, ce qui importe est d'évoquer la mémoire de la sensation provoquée en vous par l'événement. Maintenant, essayez de vous rappeler comment vous vous sentiez d'être vous-même à ce moment-là;. Pas comment vous vous sentiez par rapport à l'événement, mais comment c'était d'être vous. Vous allez peut-être en avoir une très brève sensation, et si cela se produit, il est fort possible que vous reconnaissiez que rien n'a changé et que vous vous sentez exactement le même aujourd'hui.

  • Réfléchissez au fait que s’il est une chose dont vous ne doutez pas dans ce monde, c’est de votre propre existence, c’est un fait que vous existez. Dirigez votre attention sur cette certitude, car elle est simplement une autre façon de vous appeler, un autre nom pour vous.

  • Cherchez ce qui est toujours présent, ce qui ne change jamais, ne bouge jamais, n'apparaît jamais, ne disparaît jamais. L'univers est mouvement. Tout bouge sauf vous.

  • Cherchez la qualité d'être une personne qui est en vous. Rien dans l'univers n'a cette qualité à part vous-même.

  • Voyez qu’il n’existe absolument rien à l’intérieur de vous que vous-même. Beaucoup pensent que les sensations et les expériences sont à l’intérieur d’eux, mais c’est faux. Les émotions, les pensées, les visions, les rêves, les désirs, les aversions, les blessures, les plaisirs, et les expériences de toutes sortes qui se manifestent dans votre mental sont à l’extérieur de vous et, quand vous y portez attention, votre regard est dirigé vers l’extérieur — même si vous avez l’impression que tout cela se passe à l’intérieur de vous. Le fait de regarder à l’extérieur n’est pas un mal en soi, c'est même la principale activité de l’être humain. C’est juste que lorsque vous tentez de vous regarder et que votre regard est tourné vers l’extérieur, il vous sera impossible de vous voir. Si vous saisissez cette distinction, vous arriverez à trouver votre chemin en vous servant des phénomènes extérieurs pour concentrer votre attention dans la bonne direction. Lorsque votre attention est vraiment dirigée vers l’intérieur, ce que vous regardez n’est rien d’autre que vous-même.

Les personnes qui ont fait l’expérience de se regarder ont probablement de nombreux autres conseils à partager mais tous ces conseils ne sont, comme on dit, que des doigts pointés vers la lune, et la lune qu’ils indiquent, ce n’est rien d’autre que vous-même. Finalement, vous devez le faire vous-même. Après tout, c’est sur vous-même que vous cherchez à diriger le faisceau de votre attention, et personne d’autre que vous ne peut savoir ce que c’est que d’être vous.

 

Votre attitude et vos attentes n’ont aucune importance

Il est important de comprendre qu'il est possible que vous n'ayez aucune expérience tangible et reconnaissable qui pourrait vous indiquer que vous avez réussi, car comme je le dis souvent, ce que vous êtes n'est pas très intéressant pour votre mental, et le contact avec la réalité de votre propre nature sera des plus éphémères — un dixième de seconde ou moins — et vous pourriez ne jamais vous rendre compte que cela s'est produit. Mais il y a une bonne nouvelle : cela n'a aucune importance. Il semble évident, selon les témoignages de nombreuses personnes à ce jour, qu'un effort sincère amène nécessairement une réussite, même si vous ressentez un sentiment d'échec. Après tout, nous ne posons pas ce geste pour savoir qui nous sommes, ou pour comprendre ce que nous sommes, ou pour nous fondre dans notre vraie nature ou pour devenir ce que nous sommes, etc. Nous posons ce geste uniquement en tant que remède pour guérir de la maladie qui est la peur de la vie.

Finalement, l’acte de se regarder ne requiert qu’une seule chose : l’intention de tourner notre attention vers l’intérieur dans le but de faire l’expérience directe de la réalité de notre nature. Peu importe si cette intention fait monter en nous du dégoût, de la peur ou du rejet. Si l’intention naît en nous, l’acte sera sans sans nul doute accompli, et quand cela se produit, le résultat est garanti.

Un autre aspect intéressant de cet effort de se regarder est que ni votre attitude ni vos attentes ne semblent avoir d’effet sur le résultat final. La raison qui vous motive à poser le geste de vous regarder importe peu. Vous pouvez décider de vous regarder pour être heureux, ou pour sauver le monde, ou pour vous libérer de la souffrance. Il se peut que vous pensiez que vous devez être pleinement engagé dans votre intention de vous regarder pour que cela fonctionne. Ce n’est pas le cas. Seuls les moments où vous vous regardez comptent. C’est l’acte de se regarder qui fait tout le travail, peu importe ce que vous en pensez ou ce que vous espérez gagner en vous regardant.

L’acte de tourner votre attention vers l’intérieur en essayant d’avoir un contact direct avec vous-même n’est pas une fin en soi, c’est seulement un moyen de se libérer de la maladie de la peur de la vie. Et lorsque son travail sera terminé, je prédis que vous vous trouverez pleinement engagé dans la vie et que vous aurez même du mal à vous rappeler ce qu’il y avait de si dramatique dans votre vie qui vous a poussé à essayer de vous regarder.

 

Le chemin de la guérison est rempli d’incertitudes, mais le succès est garanti

Il est impossible de prévoir le chemin que prendra la guérison de la peur de la vie. Pour certains, tout se clarifie assez facilement avec très peu de tourments, tandis que pour d’autres, le chemin peut être très difficile et long. Ma propre guérison a été très déplaisante. Il m’a fallu environ un an pour réaliser que la fièvre de mécontentement s’était calmée, et encore cinq ans avant de me rendre compte à quel point ma relation avec la vie était devenue profondément différente et facile, et il m’a fallu plus de douze ans pour arriver à exprimer clairement ce que j’avais découvert.

Alors, il m’est impossible de vous dire combien de temps cela prendra, et quelles seront les difficultés que vous allez rencontrer sur votre chemin de guérison, mais ce qui est certain est que, si vous vous regardez, le résultat est garanti. Vous allez perdre le sentiment que la vie est dangereuse et que vous en êtes prisonnier. Vous ne sentirez plus le besoin de vous protéger des pensées, des émotions, des opinions et des sensations qui vous traversent et qui façonnent votre vie. Vous commencerez à voir que tout ce qui arrive et repart dans votre vie est profondément intéressant, ce que vous n’auriez jamais pu imaginer lorsque votre point de vue était assombri par la peur de la vie.

Au final, vous vous retrouverez entièrement immergé dans votre vie comme vous l’avez toujours été, à la différence que vous serez maintenant fasciné, investi, animé et nourri par le déroulement de votre vie. Vous verrez clairement que votre vie est en elle-même la plénitude que vous avez toujours cherchée. Vous serez enfin sain d’esprit.

Traduit de l'anglais par Lucie Dostaler.

Texte relu et corrigé par Carla Sherman.

Téléchargez le livre numérique. (Nouvelle édition relue et corrigée le 21 novembre 2014)