Just One Look Great NonProfits badge  
Subscribe to our free newsletter.

La voie à suivre

Téléchargez le livre numérique.

english

 

 

Une révolution en train de se faire

Nous voyons maintenant comment nous pouvons apporter le miracle de l'acte de se regarder à toute l'humanité.  Notre expérience de nos propres vies nous a montré directement ce qui est possible pour tout être humain : la fin de la peur et de l'aliénation de la vie qui peut être facilement accomplie par un simple acte de regarder à l'intérieur de soi-même.  Ce que nos proposons ne ressemble à rien de ce que vous avez déjà lu ou entendu ; il s'agit d'une révolution en train de se faire pour toute l'humanité.

 

Notre expérience de la vie

Notre expérience de nos propres vies, maintenant libres de l'insatisfaction chronique qui est la cause première de toutes formes d'habitudes autodestructrices et réactives de comportement et de relation, et semble être l'expérience de la quasi totalité de l'humanité, est très différente de ce que l'on trouve dans toutes les descriptions de la façon dont cette liberté pourrait être vécue.  Le changement qui s'est produit en nous est tout à fait simple, tellement simple en fait qu'il pourrait sembler presque prosaïque. Notre relation avec nous-mêmes, l'un avec l'autre et avec le monde en général a profondément changé et nous sommes sans peur et profondément engagés et immergés dans la merveilleuse et étrange réalité de la vie en tant qu'être humain.

Nous voyons clairement l'apparence d'une séparation entre nous et le vaste océan des autres, dans lequel nous sommes également des autres pour eux, mais nous ne vivons pas cette séparation comme un deuil, nous la célébrons. Nous voyons que l'ouverture par laquelle nous recevons les trésors, les énigmes et les actions de la vie est une structure complexe de pensées, mémoires, croyances, compréhensions, perceptions, jugements, évaluations, comparaisons, aspirations, désirs et aversions qui est imprévisible, éphémère et toujours en changement. Nous ne reculons pas de son imprévisibilité et son manque de fiabilité ; nous prenons beaucoup de plaisir à la façon dont elle reflète l'extravagance infinie de l'existence.

Nous ne cherchons pas à atteindre un état libre de pensées pour nous soulager du don de pouvoir réfléchir sur nos expériences. Nous n'aspirons pas au silence et à la paix parfaite car c'est de là que nous nous sommes venus et c'est là que nous allons inévitablement revenir. Nous sommes ici maintenant pour vivre, engagés sans crainte dans le pandémonium bruyant et naturel de la vie.

Nous savons que cette immersion et cet engagement dans la vie naturelle est le droit de naissance et le désir profond de tout être humain et que l'acte de se regarder le rend facilement réalisable à toute personne qui en fera l'essai. 

 

La misère humaine, sa cause et sa cure

Depuis plus de douze ans, nous allons à la rencontre des gens pour discuter ces questions.  Jusqu'à maintenant, l'objectif principal de ces rencontres a été pour nous d'apprendre comment dire quelque chose qui pourrait effectivement aider les gens.  Nous avons parlé avec toute personne disposée à participer à une conversation avec nous sur ces questions. Au cours de ces rencontres, nous avons tenté de notre mieux d'expliquer notre compréhension courante de ces questions et nous avons essayé de dire quelque chose de vrai et d'assez clair pour diriger l'attention des participants vers l'expérience pure et simple de leur nature humaine de base. Directement, aussi simple que ça.

Cette action simple de regarder à l'intérieur de soi est tout ce qu'il faut. Elle a un pouvoir presque étrange d'arrêter et renverser le cours normal de la peur, la misère, la nostalgie, le désir, l'échec, le découragement et la névrose qui s'établit pour la plupart d'entre nous à la naissance et se termine au moment de notre décès. La peur de la vie est la cause de tout cela et le dénominateur commun à partir duquel nous avons tous l'expérience de la vie. Cette peur a créé une profonde plaie en nous qui nous fait croire que nous sommes séparés de la vie et génère un sentiment d'antagonisme envers la vie elle-même. Cet acte simple de se regarder guérit cette plaie dans tous ceux qui en font l'essai.

 

Que peut-on faire ?

Nous croyons que si nous parvenons à trouver une façon de communiquer la simplicité et la promesse de cet acte dans plusieurs langues de sorte qu'il puisse être compris par tous, toutes les personnes qui en entendront parler l'essaieront sur-le-champ.  Pourquoi ne le feraient-elles pas ?

Après tout, se regarder ne coûte rien et ne demande rien d'autre qu'un réel effort pour avoir l'expérience directe de votre propre nature. Connaissez-vous quelque chose de plus facile, moins compliqué et plus inoffensive que cela ? Il n'est pas nécessaire d'y maintenir votre attention, car l'attention est toujours rapidement attirée vers d'autres phénomènes plus intéressants de toute façon. Il n'est pas nécessaire d'acquérir de nouvelles connaissances, idées ou croyances, ni de se débarrasser de connaissances, idées ou croyances existantes. Aucun état d'esprit ne doit rester ou partir. Et cet acte promet la délivrance de la misère et la rédemption totale de la vie elle-même. L'acte de se regarder ne coûte rien, n'entraîne aucun risque, ne demande presque rien et promet le monde. Qui refuserait de l'essayer au moins une fois ?

C'est le premier coup d'œil qui compte. Tout le reste en découle naturellement.

Nous sommes persuadés que toute la misère et la confusion qui existent dans toutes les domaines d'activité humaine, toutes les tendances autodestructrices, agressives, réactives et qui dénient la vie dans la communauté humaine entière sont causées par la peur de la vie et ses effets, auxquels elles rendent service.

Nous sommes convaincus que la guérison de la plaie de la séparation de la vie dans toute notre espèce arrivera à arrêter notre course effrénée vers l'extinction et inversera le sens du développement humain qui, jusqu'à maintenant, a été une marche aveugle vers une insanité toujours en expansion, et nous ramènera tous à la liberté. Il nous semble certain que rien d'autre ne peut l'accomplir.

 

Une masse critique

Maintenant nous avons enfin réussi à voir au-delà de l'étonnement de nos propres compréhensions antérieures et nous sommes capables d'utiliser un langage simple pour parler de la condition humaine, de ce qui nous a mis dans cet état, et d'en proposer un remède. Et nous commençons à peine à comprendre qu'il en faudrait très peu pour apporter cette idée et cet acte simple, accompagnés d'une demande sincère à tous de l'essayer au moins une fois, à l'espèce entière, ou au moins à une partie assez large de la population pour créer une sorte de masse critique de santé mentale.

Ce que nous entendons par le terme masse critique est une assez grande portion d'êtres humains pour entraîner avec elle, comme par attraction gravitationnelle, le reste du monde vers la santé mentale, ce qui nous sauvera à tous.  Oui, nous pensons vraiment que tous ensemble nous pouvons sauver l'humanité.

Nous avons décidé de nous lancer dans un cours d'action audacieux. Aidés des suggestions et des encouragements de quelques amis, nous nous sommes donnés la mission de proposer l'acte de se regarder au plus grand nombre de personnes possible dans le monde entier et ce dans un très cours laps de temps, dans le but d'aider l'humanité à éviter sa totale destruction.

 

Combien d'êtres humains en faut-il pour constituer une masse critique ?

Selon les estimations actuelles, la population mondiale a déjà atteint plus de 7 milliards de personnes. Ainsi, la masse critique que nous recherchons serait d'environ 700 millions de personnes.

C'est-à-dire 700 millions de personnes qui tournent leur attention vers l'intérieur, à la recherche de l'expérience réelle de leur nature humaine, consciemment et intentionnellement. Et si nous avons raison, cela signifie que 700 millions de vies humaines seront libérées de la peur et de l'aliénation qui nous a conduits presque jusqu'à l'extinction. Pensez-y un instant. Dix pour cent de l'humanité, c'est-à-dire 700 millions d'êtres humains, situés dans tous les coins du monde, totalement libérés de la peur. Réfléchissez-y un moment.

Or, 700 millions (700 000 000) est sans doute un très grand nombre, mais pas aussi grand que les deux milliards et demi d'entre nous qui sont supposés avoir regardé les funérailles de la princesse Diana à la télé, ou les quatre ou cinq milliards qui sont censés avoir regardé la Coupe du Monde. Et ce n'est que la télévision. Nous avons tous des radios aussi, et plus de deux milliards d'entre nous ont un accès régulier à l'Internet. Et que dire des journaux et des revues, et des affiches et des annonces placardées un peu partout sur les bancs de parc, les immeubles, les autobus et dans les métros ?  Dans cette perspective, il ne nous semble pas impossible d'apporter ce message simple à juste un milliard et demi de personnes, toutes à la recherche d'une résolution à leur confusion et leur insatisfaction. Réfléchissez au pouvoir qui ont YouTube, Facebook et Twitter d'engager les gens dans des projets et des expériences communautaires.

Depuis quelques semaines, ce projet occupe presque toutes nos pensées. Quelle merveilleuse occasion s'offre à nous maintenant ! Jamais dans l'histoire de l'effort humain pour améliorer et perfectionner la vie humaine a-t-il été question d'apporter à sept cent millions d'êtres humains un acte que tout le monde peut accomplir ; un acte qui pourrait mettre fin à la peur de la vie et tous ses effets destructeurs en quiconque en fera l'essai.

Pour nous, c'est ce qui fait toute la différence.

 

Notre mission dès maintenant

Nous nous sommes engagés dans un effort total pour amener la suggestion de se regarder à 700 millions de personnes dans une période de cinq ans. Nous nous sommes engagés à essayer de faire ce qui n'a jamais été essayé. Nous croyons sincèrement que si nous réussissons à insérer l'idée de se regarder dans la conscience générale de l'humanité, notre course inexorable vers une folie de plus en plus profonde sera arrêtée et inversée, et tout ira pour le mieux pour l'espèce humaine. Nous voulons, avec votre aide, disséminer le simple message de tourner l'attention vers l'intérieur de soi au plus grand nombre de personnes possible, dans une courte période, puis voir ce qui en résulte. Notre profonde conviction du pouvoir de ce simple acte sera ainsi mise en essai.

Nous croyons que la première étape consiste à trouver quelques formulations simples du message que nous voulons transmettre sous des formes diverses et dans une large gamme de langues vernaculaires et qui, une fois entendues ou lues, mèneront les auditeurs ou lecteurs à essayer de tourner leur attention vers l'intérieur sur l'instant, ou au moins susciteront leur intérêt. Ces messages pourraient prendre la forme de petites annonces qui paraîtraient dans des revues ou des journaux, ou qui seraient disséminées dans Twitter, Facebook et des annonces Google. Il pourrait aussi s'agir d'une série de slogans en vers, comme ceux utilisés par la mousse à raser Burma-Shave aux États-Unis, de commerciaux pendant des feuilletons télévisés, de panneaux-réclames, d'annonces à la radio pendant les heures de pointe, qui par la répétition s'intégreraient à la culture populaire pour devenir aussi familiers que le slogan américain « plop, plop, fizz, fizz... ».

Vous pouvez constater que ce que nous suggérons ici n'est certainement pas une variation de plus sur les enseignements anciens ; on ne parle pas ici ni de la délicieuse agonie du désir individuel pour trouver le salut ou l'amour, ni de l'isolement et la solitude de l'aspiration spirituelle. Ce que nous voulons, c'est apporter cette suggestion pratique et simple à l'humanité qui est en train de mourir à cause de son aliénation de la vie elle-même. Cela est notre mission.

 

La voie à suivre

Nous avons déjà commencé à discuter avec plusieurs personnes dans le but d'élaborer un plan efficace qui nous permettra d'accomplir notre mission. Si notre plan produit les résultats que nous espérons, nous aurons besoin de plusieurs personnes capables, motivées et compétentes disposées à contribuer au développement du projet, notamment des créateurs de sites web, de logiciels et de vidéos, des traducteurs, des musiciens, des rédacteurs, des artistes, des professionnels de relations publiques, un comptable, une équipe qui prendra en charge les activités quotidiennes de la fondation, un gestionnaire de finances et un conseil d'administration dévoué qui surveillera et dirigera le développement de l'organisation.

Dans les semaines et mois à venir, nous allons concentrer nos efforts sur la mise en œuvre de ce mouvement.

Toutefois, il n'est pas nécessaire d'attendre. Dès maintenant, si vous avez des suggestions sur la façon dont nous pouvons offrir l'acte de se regarder le plus simplement possible par les moyens décrits précédemment (annonces, affiches, panneaux-réclames, programmes de radio, etc.), n'hésitez pas à nous les envoyer. Pour commencer, envoyez-nous votre demande de bénévolat sur notre site web et dites-nous la façon dont vous croyez pouvoir contribuer à notre cause.

 

Ceci n'est pas une combine pour faire fortune

Nous voulons être très clairs : nous ne suggérons pas que ce que nous proposons éliminera instantanément les effets des plus de 80 000 ans dans lesquels nous avons subi cette affliction, cette peur absurde de notre propre vie.  Ce que nous proposons n'est pas une combine pour faire fortune rapidement ni une baguette magique qui nous sortira de l'ignorance et de la misère, et nous sauvera des conséquences de nos actions juste à temps d'éviter notre extinction. Nous croyons que la peur de la vie va disparaître de la conscience de toute personne qui tente de se regarder, ainsi que le sentiment de distance et de séparation de sa propre vie. Et ensuite, la structure de protection et défense qui s'est emparée de nos esprits profondément conditionnés commencera à se démanteler et à se reconstituer comme un véritable instrument d'une conscience active et consciente de soi-même dans son mouvement irrépressible vers l'extérieur, vers le mystère de l'existence.

Le cours de ce démantèlement et cette reconstruction de la structure de la personnalité peut être très désagréable, déroutant et même terrifiant, et il peut s'étendre sur plusieurs années, mais il ne durera pas éternellement et, quand il sera terminé, il ne laissera aucune trace. À la fin, l'expérience personnelle de la vie sera saine, sans peur et engagée d'une manière qui est incompréhensible pour l'esprit affligé. Mais l'opportunité de discuter avec des gens qui ont déjà fait l'acte, qui se sont libérés de la peur de la vie et qui connaissent très bien ce dont je parle ici peut être d'une grande aide et soutien.

Nous avons des forums de discussion sur notre site web dont le but est de fournir soutien et encouragement aux réfugiés de la peur de la vie qui ont besoin de conseils et d'aide pour comprendre leur expérience pendant que se découle la période de récupération. Si vous vous avez regardé de cette manière et vous avez vu des changements dans votre relation avec votre propre vie, vous savez ce dont nous parlons ici. S'il vous plaît, venez nous joindre dans nos forums de discussion.

 

Nous sommes capables de le faire

Au cours de notre longue et déchirante quête de quelque chose qui puisse nous apporter la satisfaction et combler notre vie, nous avons essayé toutes sortes de choses, dont certaines ont été raisonnables, d'autres assez folles, certaines nous ont remplit d'espoir, et d'autres nous ont fait perdre l'espoir. Mais à ma connaissance, personne n'a jamais suggéré qu'il puisse y avoir un acte simple et accessible à tous qui aurait le pouvoir de balayer toute cette folie, comme un mauvais rêve qui s'envole sans laisser de trace.

Nous vous invitons à vous joindre à nous pour réaliser cette mission. Tous ensemble, c'est possible.

Juste un regard. Aussi simple que ça.

 

Cet essai fut publié en ligne pour la première fois sur notre site web le 5 juin 2011. Le texte fut révisé et corrigé le 2 décembre 2014.

Traduit de l'anglais par Lucie Dostaler.
Relecture et correction du texte : Carla Sherman

Téléchargez le livre numérique.